REPONSE A ANDRE DUHAMEL POUR SON COMMENTAIRE DU 17/07/2014

COMMENTAIRE DE MONSIEUR ANDRE DUHAMEL

ADRESSE AU "SOLLIES-PONTOIS"

EN DATE DU 17/07/2014

 

Monsieur,

 Je lis de temps en temps votre blog. Il faudrait arrêter de stigmatiser les mandats précédents.
André Garron que j'ai soutenu en 2008 a en fait continué en grande partie le programme que j'avais initié: Château, fête de la figue etc...
Pour les difficultés financières que je prévois rendez-vous en
2015-2016.

Quant à la CCVG, je ne suis pas étonné. André Garron ne connaît qu'une seule place: la première.

Et cela ne marche pas à tous les coups.
Bien à vous
A.D

 

LA REPONSE DU "SOLLIES-PONTOIS" A MONSIEUR ANDRE DUHAMEL, MAIRE DE SOLLIES-PONT

DE 1995 A 2001:

 

 

Monsieur le Maire

Tout d’abord je tiens à vous remercier de l’intérêt que vous portez, même si ça n'est que "de temps en temps », à ce site et prend acte de vos observations auxquelles vous  vous doutez bien je vais répondre.

Lorsque vous me demandez d’arrêter de stigmatiser les mandats précédents, je voudrais juste vous faire remarquer que les articles publiés sur ce site sont argumentés quant à leur contenu, il ne s’agit pas de stigmatiser mais bien de constater.

Concernant les « programmes » et idées qui vous avez initiés, vous savez pertinemment que la gestion municipale est ainsi faite que d’un Maire à l’autre bien des actions sont  accomplies dans une certaine continuité. Mais il est un principe en la matière qu’une idée appartient toujours à celui qui la réalise, je crois vous avoir déjà répondu à ce sujet. On peut tout promettre en politique, se faire élire sur des idées et ne pas les accomplir, alors la sanction populaire intervient et l’on est pas réélu…

Vous me parlez de la fête de la figue, Mais monsieur le Maire, qui a initié le fête de la figue ? Pour en faire partie je puis vous affirmer qu’il s’agit d’un comité indépendant qui en est à l’origine, Vous êtes certes le Maire qui en a accepté l’augure puisque créée sous votre mandature mais vous n’en êtes pas l’initiateur.

Concernant le château, j’ai écrit sur ce site que vous en aviez réalisé l’achat et les travaux de toiture, pour le moins indispensables…. C’est André GARRON qui assume son sauvetage et sa mise en fonction. Un mandat complet après vous, avec deux personnalités différentes à sa tête l’a précédé sans que votre acquisition ne soit techniquement pérennisée par vos successeurs. Voire laissée à l’abandon !

Parlons de votre diagnostique financier, aujourd’hui vous nous écrivez que rendez-vous est pris pour 2015 et 2016. Alors je vous réponds, n’est-ce pas vous qui regrettiez que les comptes administratifs ne soient publiés qu’après les élections …. N’est-ce pas vous qui exprimiez votre plus vive inquiétude pour 2014 ?

Les comptes administratifs 2013 (*) sont arrivés et ….. Ils sont bons, alors n’avez-vous d’autre réponse que de repousser votre diagnostique ?

Vous nous dîtes qu’en 2008 vous avez soutenu André GARRON, la « petite histoire politique » de notre ville n’en a pas retenu cette vision mais plutôt une opposition à l’équipe qui vous a battu.

Car enfin, Monsieur le Maire, en vous présentant en 1995, vous aviez une ambition, une envie pour votre ville, être maire n’est pas rien …. Aujourd’hui vous stigmatisez l’action d’une équipe qui gagne et sert Solliès-Pont au mieux de ses intérêts. Vous devriez vous réjouir, continuer à soutenir cette ville que vous aimez, ces citoyens que vous avez voulu servir, apprécier les transformations et la qualité de vie qu’ils ont enfin recouvrées. Si certaines de vos idées sont mises à exécution, applaudissez, soutenez, mais ne venez pas en pleine campagne vous poser des questions, vous inquiéter, au seul profit d’un quelconque autre candidat que vous ne nommez pas  mais soutenez ainsi par défaut.

Nombre de vos équipiers de l’époque ont rejoint en son temps notre Maire actuel, eux ont agi dans le bon sens, pas vous, ancien premier Magistrat d’une ville qui aujourd’hui reprend enfin toute sa légitimité.

En parlant du passé, en stigmatisant selon vos dires ce même passé, je ne mets personne en danger, vous, en stigmatisant le Maire en place, en pleine campagne, sans même vous présenter, en vous légitimant de votre mandat, vous avez mis notre avenir au cœur d’une querelle personnelle que je ne comprends pas et dangereuse.

Enfin parlons du volet de la CCVG que vous évoquez, comment pouvez-vous soutenir et vous réjouir de ce qui s’est passé ? Ceci ayant relevé d’une stratégie de basse politique afin d’ évincer celui qui s’est battu durant toute la précédente mandature pour faire avancer une communauté des communes sans ambition, sans réelle politique, au service de ses élus plus que de nos concitoyens.

Au final ça n’est pas André Garron qui a été empêché à la Présidence de la CCVG, ce sont les Solliès-pontois qui l’ont été par des manœuvres politiciennes aux ficelles tellement grosses qu’elles n’ont échappé à personne et cela devrait vous offusquer.

Alors à notre tour de donner rendez-vous à cette communauté des communes qui vient de trébucher sur une marche de « son histoire ».

Voilà, Monsieur André DUHAMEL Maire de 1995 à 2001, quelle peut être la réponse d’un citoyen qui regrette que son ancien premier Magistrat n’ait pas pris la hauteur nécessaire dans ses commentaires pour que l’intérêt général y soit mieux considéré, permettez-moi de penser que votre image n’en sort pas grandie et que d’une façon générale ce type d’attitude trop fréquent chez nos politiques leur nuit plus qu’ils ne pensent.

 

Avec tout le respect que je vous dois

Philippe Bellon citoyen Solliès-pontois.

 

... En date du 29/07/2014, Monsieur André DUHAMEL répond au "Sollies-Pontois", lire sa réponse dans la rubrique "VOS COMMENTAIRES ET BILLETS"... (**)

 

(*) votre rédacteur avait par erreur précédemment indiqué "les comptes 2014 sont arrivés. Correction est intervenue en date du 29/07 suite à la précision donnée par M DUHAMEL dans son courrier

(**) Bien évidemment cette réponse sera commentée ultérieurement mais seulement après avoir rencontré M DUHAMEL, comme il le souhaite. Dés à présent il paraît opportun malgré tout de souligner que la dite réponse ne semble , ni sur la forme, ni sur fond, à la hauteur d'un ancien premier magistrat.