Elections departementales 2015 : 22 et 29 mars 2015

16/02/2015

 

CANTON DE SOLLIES-PONT (canton 18)

Listes au 11/02/2015 (clôture le 16 février à 16h)

 

EE-LV : présents sur 9 cantons du Var dont 2 avec des alliances et 2 autres en attente. Ne se présentent pas sur le canton de Solliès-Pont.

UDI : présents sur 8 cantons avec ou sans l’UMP. Ne se présentent pas sur le canton de Solliés-Pont mais apportent leur soutien à l’UMP sur ce canton comme sur 3 autres.

1 canton reste en suspens.

PS : pas de décision, à notre connaissance, sur le canton.

vrai ou faux ? (14/02/2015) ....... Un binôme serait en cours de préparation au PS avec Jean Paul BOUTIER.

 

C'est fait ........ Il aura fallu attendre le 16 février, limite de candidature officielle pour connaître "LA" décision .....

-oOo-

PARTI SOCIALISTE :

Binôme sur le canton de Solliès-Pont :

Mme Céline BONHOMME-MANDON – M jean-Paul BOUTIER,

Remplaçants :

Non connus à ce jour

FRONT DE GAUCHE :

Binôme sur le canton de Solliès-Pont :

Mme Julie DEMONTIS – M Alain BOLLA,

Remplaçants :

Christiane VINCENT – Clément KERIEN.

SANS ETIQUETTE :

Binôme sur le canton de Solliès-Pont :

Mme Nadyne CHEVRET – M André GARRON,

Remplaçants :

Mme Gisèle ARENE – M Paul FOUCOU

UMP :

Binôme sur  le canton de Solliès-Pont :

Mme Véronique BACCINO – M Bruno AYCARD

Remplaçants :

Mle FOREST – M Christophe KAPERSKI

FRONT NATIONAL :

Binôme sur le canton de Solliès-Pont :

Mme ROUSSEL – M Régis CHEVROT

Remplaçants :

Non connus à ce jour.

UPR :

Binôme sur Solliès-Pont :

Mme Nathalie EYMARD – M Maurice AEPLY

Remplaçants :

Non connus à ce jour

 

Les jeux sont faits la date limite officielle d'inscription étant fixée au 16 février.

19/01/2015

AUX URNES CITOYENS ...

Entendez-vous dans la campagne ......

 

Quelle est la vraie nature de cette élection, quelles seront les compétences des élus de ce suffrage universel dont les électeurs n’ont pas toutes les cartes en main ? La réforme territoriale engagée par le gouvernement n’est pas achevée ce qui pose un réel problème aux candidats qui ne peuvent plus se baser sur les attributions de feu le conseil général et pas encore sur celles du futur conseil départemental. Ceci expliquant probablement, mais pas seulement, le retard des candidats ou plutôt des binômes à se déclarer .

Du côté « indépendants »

Nadyne CHEVRET et André GARRON, avec comme remplaçants Gisèle ARENE et Paul FOUCOU ont dores et déjà affiché leur candidature sans étiquette, se revendiquant comme étant libres compétents et expérimentés. ils ont entamé une série de réunions publiques, ainsi que la distribution d’une présentation de leur binome et ouvert leur permanence de travail .

Côté partis politiques :

A l’UMP, seul le site du mouvement ose une proposition avec Bruno AYCARD et son remplaçant Christophe KAPERSKY avec, en binôme, Véronique BACCINO dont la remplaçante, à ce jour n’est pas connue .

Au FRONT NATIONAL , Rachel ROUSSEL s’est vue associée à régis CHEVROT au cours d’une réunion monolithique des représentants des 23 cantons varois à Toulon, comme seul le front a le secret et après l'éclatement d'un premier binôme. Les noms de leurs remplaçants n’ont pas été communiqués .

A gauche c’est la plus totale discrétion ou indécision puisqu’à ce jour aucun nom n’a filtré des intentions des leaders locaux de la majorité présidentielle.

Rien n’est donc joué mais il n’empêche que l’électeur n’aura pas beaucoup de temps pour prendre sa décision. Bien évidemment il faudra regarder à la loupe l’action du candidat sortant. Comme il se doit un bilan est nécessaire pour briguer un nouveau mandat. Il faudra prendre en compte l’action des uns et des autres dans les villes du canton chacun dans leurs domaine, leur vie associative et publique. Bref il faudra voter utile et efficace, faire fi des réseaux « amicaux » et clientélistes, ne pas se laisser manœuvrer par des partis politiques qui finalement ne se servent du local que pour consolider leur hégémonie au national. Il faudra voter terrain pour défendre notre terroir, nous représenter efficacement au sein du conseil départemental mais aussi faire poids sur les instances régionales et nationales. Alors, et seulement à ces conditions nos élus départementaux auront la légitimité qu’il faut, celle que seule une relation de confiance peut engendrer, quelque soient les futures compétences de ce nouveau « conseil départemental ». Enfin, détail important, cette nouvelle instance s’élit et se renouvelle dans sa totalité et non pas par tranche. Notre canton mérite que l’on y travaille et que sa représentation soit à la hauteur de ses besoins ne serait-ce que pour peser sur la réforme en cours et que nos territoires gardent leur légitimité.