Editoriaux

13/05/2018

Bon anniversaire M le maire

02/05/2018

CCVG enfin ça marche

UNE SELECTION DE QUELQUES EDITORIAUX  DEPUIS LE 15/03/2014

23/11/2016

Présent à cette réunion publique de la CCVG, "le solliespontois" vous communique un message du Maire de Solliès-Pont repris sur les réseaux sociaux. Ce texte reprend parfaitement la teneur de la réunion et ne nécessite aucun commentaire si ce n'est ma totale approbation et mon soutien au docteur André Garron vis à vis du Président de la CCVG.

CCVG: Solliès-Pont spolièe

Mardi 22 novembre le conseil communautaire s'est réuni en présence d'un trés nombreux public solliès-pontois évalué à 150 personnes. Le déroulé du conseil a démontré l'injustice et l'iniquité que subit la commune de Solliès-Pont depuis 2 ans et demi, depuis que la nouvelle gouvernance n'a de cesse de spolier la commune et de contrarier ses intérêts fondamentaux.

La population a été stupéfaite de la conduite du président de la CCVG et premier adjoint de La Farlède et de la teneur de ses propos. Elle a été outrée de constater l'injustice dans la répartition des fonds communaux concernant la voirie intercommunautaire qui ont conduit à l'abandon de la sécurisation du carrefour de La Tour pour des raisons irrecevables. La Population a été scandalisée d'apprendre que La Farlède avait bénéficié de très importantes subventions régionales concernant 2 projets, un écoquartier et l'extension de sa zone d'activités, alors que Solliès-Pont qui développe 2 projets identiques, l'écoquartier des Laugiers Sud et une extension de 30 hectares de sa zone d'activités n'avait pas été consulté et de ce fait avait été ignoré de la demande des subventions, et cela de par la seule volonté de Christian Flour, président de la CCVG, qui "aurait oublié" notre commune. Il s'est excusé sans convaincre, de cet "oubli" proprement scandaleux ! Sur mon intervention auprès de monsieur De Canson, conseiller régional et de monsieur Estrosi, président du conseil régional, l'opération de l'éco quartier de Solliès a été validée par le conseil régional malgré le dépassement des délais.

La population a été indignée de la conduite suffisante du président et du manque de concertation dont souffre notre commune pour toutes les décisions d'importance comme la demande d'entrée dans la CCVG de la commune de Méounes. Elle a été stupéfaite d'apprendre que son maire avait été exclu du comité technique et du comité d'Hygiène Sécurité et Conditions de Travail pour des raisons irrecevables, sur la seule et brutale décision du président ! Enfin et surtout , la population sollièspontoise a constaté le climat délétère qui règne au sein de l'intercommunalité soumise à l'autoritarisme d'un président qui a détruit la solidarité et la recherche du consensus qui sont pourtant les raisons même de la CCVG où dominent désormais l'iniquité, les inégalités de traitement au bénéfice de la commune de La Farlède, et cela de façon ostensible et scandaleuse ! Merci à la population de s'être déplacée pour constater ce que j'affirme depuis deux ans. Merci de son soutien qui m'engage à poursuivre la lutte pour l'intérêt de notre commune, pour le bien de l'intercommunalité et tout simplement pour la défense de la démocratie !

 

Docteur André Garron Maire de Solliès-Pont

01/08/2016

 

QU’ELLE DRÔLE D’EPOQUE (EMON) VIVONS NOUS

 

Il aura suffi d’une petite équipe de créateurs de jeux pour que la moitié du monde parte à la chasse aux « POKEMON » et l’autre moitié ne soit pas loin de basculer. Ainsi donc le virtuel dépasse désormais la réalité. Faut-il à ce point que nous soyons fatigués et lassés de notre quotidien pour que nombre d’entre nous le fuient et s’enferment dans une course sans fin vers l’irréel. En oubliant les dures réalités d’une société qui certes ne fait pas de cadeau, nous nous mettons en danger pire nous mettons en péril ceux qui nous entourent. S’échapper n’est pas surmonter, rêver n’est pas non plus la solution même si ainsi on évite pour certains les cauchemars créés par cette société qui n’est plus maîtrisée par les politiques de nos différentes nations.

Fini le temps où l’on a interdit de fumer en conduisant, désormais il faudra se méfier des conducteurs addictes au phénomène qui chassent en conduisant. Pas plus tard qu’avant-hier la patrouille du CCFF (comité communal des feux de forêt) surprenait en pleine zone interdite dominant la ville deux jeunes qui s’y trouvaient au motif de chasser ces fameux « Pokémon » sans présumer un instant du danger qu’ils couraient en cas de départ de feu. Et pourtant ils ont ouvert puis refermé les barrières interdisant l’accès aux massifs forestiers Bien évidemment l’on sait que ces fameux personnages à capturer se trouvent principalement dans des chaînes de restaurants grandes surfaces et autres centres d’intérêts financiers afin d’attirer le monde, autrement dit le client (ils payent pour ça). Rien n’est gratuit tout est calculé, la société qui les gère a bien l’intention de gagner beaucoup d’argent. Néanmoins, par défaut les « chasseurs » sont aussi attirés sur des zones dangereuses, à des moments ou leur manque d’attention est criminel. Bref tout n’est pas maîtrisé par les concepteurs d’un jeu qui désormais déplace des foules sans en mesurer toutes les conséquences. Dans un self-service réputé  de l’aire toulonnaise ce week-end plus de la moitié des clients jouaient à « POKEMON GO » avec pour conséquence un manque certain de convivialité aux tables, voilà de quoi ne plus communiquer en famille même pendant ces sorties. Gagnants bien sûr les commerçants qui attirent par ce biais le chaland, gagnante la société détentrice des droits du jeu, reste qu’il y a forcément des perdants et un jour peut-être y aura-t-il des victimes.

 

17/12/2015

 

CCVG RIEN NE VA PLUS :

Le Président Flour retoqué par Hubert Falco

 

Sur le dernier bulletin municipal "Vivre à Solliès-Pont" les groupes minoritaires ont tous abordé la problématique CCVG avec certe des avis différents.

Avant de répondre à certains le "Solliès-Pontois" a souhaité vous communiquer le texte suivant signé Hubert Falco. Dans un deuxième temps il s'agira de rendre compte de la dernière réunion publique de la CCVG pour enfin remettre les pendules à l'heure ......

Dans un récent article intitulé « On ne gagnerait rien à faire partie d’une métropole » le Président de la Communauté de communes de la Vallée du Gapeau déclare vouloir résister à Toulon Provence Méditerranée.

Ces propos sont à la fois injustes, totalement infondés… et surprenants car on ne lui a jamais rien demandé !

Qu’il me soit permis de lui rappeler que pour qu’il y ait résistance il faut qu’il y ait préalablement agression.

En quoi l’existence de Toulon Provence Méditerranée constitue-t-elle une menace ou une forme d’agression pour les communes de la Vallée du Gapeau ?

Est-ce la réussite de notre territoire qui gêne le Président de la Communauté de communes ?

Est-ce son dynamisme et le fait que nous soyons le territoire de la région qui crée aujourd’hui le plus d’emplois ?

Le fait que nous soyons celui qui résiste le mieux au chômage ?

Ou peut-être le fait que nous soyons devenus un territoire de compétitivité et d’innovation reconnu sur le plan mondial avec le Pôle de compétitivité Mer-Méditerranée ?

Ou peut-être encore l’équipement de nos zones économiques avec le Très Haut Débit ?

Est-ce notre politique de transport qui l’agresse en pratiquant sur ses 136 lignes terrestres et ses 10 lignes maritimes des tarifs parmi les moins chers de France ?

Est-ce notre ambition maritime, la réalisation de nos équipements structurants en matière universitaire, en matière culturelle, en matière sportive qui constituent pour les territoires voisins une inquiétante menace ?

Toulon Provence Méditerranée est fière de son action et de ses résultats, qu’ils soient économiques ou électoraux… On a vu dimanche dernier que tout le monde ne pouvait en dire autant !

Aujourd’hui, la réalité est que cela profite non seulement aux 12 communes qui composent Toulon Provence Méditerranée (la ville de La Crau peut en témoigner) mais aussi à l’ensemble du Var car elle est la locomotive économique, culturelle, sportive et sociale qui contribue puissamment à son dynamisme, à son rayonnement et à son attractivité.

Plutôt que de se morfondre et de se complaire dans une attitude négative, chacun devrait se féliciter de cette réussite qui profite à tous.

Dépasser les divisions et unir les territoires, telle a toujours été ma ligne de conduite.

Nous devons, aujourd’hui plus que jamais, faire preuve de modestie, d’humilité et d’écoute.

Il est bien connu que « les pires critiques viennent de ceux qui ne se sentent pas assez d’étoffe pour faire aussi bien ».

Hubert Falco
Président de Toulon Provence Méditerranée
Sénateur-Maire de Toulon

10/04/2015

 

ELECTIONS DEPARTEMENTALES : RETOUR SUR SCRUTIN

 

Qu’en est-il de notre démocratie si chèrement gagnée, et aujourd’hui maltraitée, dévoyée, balayée d’un geste, élections après élections ? Ce dernier scrutin est riche en enseignements mais constitue un avertissement terrible notamment en terme de politique locale (la seule encore crédible).....

Responsables mais pas coupables nous le sommes tous ! Augurons que demain nous ne soyons pas tous coupables  et irresponsables !

Au gouvernement l’irresponsabilité d’un scrutin mal préparé, inexpliqué voir inexplicable, portant sur une réforme non achevée et illisible aussi bien des électeurs que de ceux-là même qui en briguaient le suffrage.  Il s’agit bien là d’un crime de lèse démocratie.

Aux partis politiques qui s’en sont emparé pour leur propre compte en en faisant un combat de « notoriété » n’écoutant que l’image qu’ils ont d’eux même et non la prise en compte des territoires et leurs particularismes que forment les cantons.

Aux médias qui se sont faits le relai des partis politiques, des ragots de voisinage entre politiciens et surtout du FN qu’ils ont surmédiatisé, à dessein, au seul profit de leur audimat et de leur recherche du sensationnel qui aboutit souvent au sordide. Ces mêmes médias qui l’on traité comme un scrutin national.

Aux électeurs qui crient au loup tout au long de l’année et qui se jettent dans sa gueule à la première occasion venue. Demander du sang neuf en matière de personnels  politiques. Crier haut et fort que l’on ne veut plus des politiciens "institutionnels" et de leur système et continuer de voter pour les mêmes est irresponsable, tout comme le sont ceux qui pensent protester en votant FN …….

 

Aux candidats plus orientés sur le carriérisme que sur les réalités citoyennes. Il est grand temps de voir émerger des femmes et des hommes politiques qui sortent de ces sentiers battus asservis aux partis et leurs dogmes, leurs amitiés et leurs pouvoirs. De nouveaux candidats aux suffrages locaux  qui soient des locaux, des femmes et hommes d’actions, de conviction pour le seul intérêt général. Des candidats qui proposent de vrais programmes, des gens responsables qui se tiennent à ce qu’ils disent. Qui travaillent et montent les dossiers qu’ils iront défendre sans rien lâcher.

La pyramide de la démocratie est inversée la hiérarchie politicienne du système actuel veut imposer ses dogmes et ses règles par le haut alors que c’est au service de la base qu’elle doit être.

Allez il est temps de se dire au revoir, nos chers politiques ont encore de beaux jours à se couler ….

 

Ave Caesar, morituri te salutant !

 

 

 

19/01/2015

AUX URNES CITOYENS ...

Entendez-vous dans la campagne ......

 

Quelle est la vraie nature de cette élection, quelles seront les compétences des élus de ce suffrage universel dont les électeurs n’ont pas toutes les cartes en main ? La réforme territoriale engagée par le gouvernement n’est pas achevée ce qui pose un réel problème aux candidats qui ne peuvent plus se baser sur les attributions de feu le conseil général et pas encore sur celles du futur conseil départemental. Ceci expliquant probablement, mais pas seulement, le retard des candidats ou plutôt des binômes à se déclarer .

Du côté « indépendants »

Nadyne CHEVRET et André GARRON, avec comme remplaçants Gisèle ARENE et Paul FOUCOU ont dores et déjà affiché leur candidature sans étiquette, se revendiquant comme étant libres compétents et expérimentés. ils ont entamé une série de réunions publiques, ainsi que la distribution d’une présentation de leur binome et ouvert leur permanence de travail .

Côté partis politiques :

A l’UMP, seul le site du mouvement ose une proposition avec Bruno AYCARD et son remplaçant Christophe KAPERSKY avec, en binôme, Véronique BACCINO dont la remplaçante, à ce jour n’est pas connue .

Au FRONT NATIONAL , Rachel ROUSSEL s’est vue associée à régis CHEVROT au cours d’une réunion monolithique des représentants des 23 cantons varois à Toulon, comme seul le front a le secret et après l'éclatement d'un premier binôme. Les noms de leurs remplaçants n’ont pas été communiqués .

A gauche c’est la plus totale discrétion ou indécision puisqu’à ce jour aucun nom n’a filtré des intentions des leaders locaux de la majorité présidentielle.

Rien n’est donc joué mais il n’empêche que l’électeur n’aura pas beaucoup de temps pour prendre sa décision. Bien évidemment il faudra regarder à la loupe l’action du candidat sortant. Comme il se doit un bilan est nécessaire pour briguer un nouveau mandat. Il faudra prendre en compte l’action des uns et des autres dans les villes du canton chacun dans leurs domaine, leur vie associative et publique. Bref il faudra voter utile et efficace, faire fi des réseaux « amicaux » et clientélistes, ne pas se laisser manœuvrer par des partis politiques qui finalement ne se servent du local que pour consolider leur hégémonie au national. Il faudra voter terrain pour défendre notre terroir, nous représenter efficacement au sein du conseil départemental mais aussi faire poids sur les instances régionales et nationales. Alors, et seulement à ces conditions nos élus départementaux auront la légitimité qu’il faut, celle que seule une relation de confiance peut engendrer, quelque soient les futures compétences de ce nouveau « conseil départemental ». Enfin, détail important, cette nouvelle instance s’élit et se renouvelle dans sa totalité et non pas par tranche. Notre canton mérite que l’on y travaille et que sa représentation soit à la hauteur de ses besoins ne serait-ce que pour peser sur la réforme en cours et que nos territoires gardent leur légitimité.

9/10/2014

 

Ponce Pilate a dit : « je m’en lave les mains » ….. Vincent Peillon aussi !

Qu’un Ministre de l’éducation nationale ait décidé, en son temps (2012), de réformer les rythmes scolaires pour nos enfants du primaire, je n’ai quant à moi rien à y redire, n’en ayant pas les compétences, surtout s’ils vont dans le sens de nos enfants (dixit le Ministère). Mais que l’Etat ne prenne pas ses responsabilités et botte en touche au détriment des collectivités locales, là, il y a matière à se scandaliser. Voilà bien l’illustration parfaite de la gauche au pouvoir, de grandes idées mais pas les moyens et de l’incompétence désormais reconnue de ce gouvernement.

La loi une fois votée, ce sont les collectivités locales qui ont eu la charge de son application, sa mise en place et une grand part de son  budget,

Méthode quelque peu cavalière pour une loi montée à la va vite empêchant ainsi tout budget prévisionnel  au local voir même provoquant de sérieuses difficultés.

Solliès-Pont a donc choisi de mettre en place son dispositif à la rentrée 2014, s’octroyant ainsi une année supplémentaire de réflexion (certains ont opté pour 2013, beaucoup le regrettant).

 2 Années donc de travail intense et sérieux, de concertation qui ont permis de mettre en place ces nouveaux rythmes avec notamment   des activités périscolaires regroupées sur le jeudi après-midi, mais aussi 5 matinées au lieu de 4 de temps d’apprentissage, de ce fait plus réguliers. Un programme concocté et réalisé avec la participation de tous (enseignants, parents, associations, bénévoles) afin de permettre aux enfants de mieux apprendre à l’école.

Il convient à ce propos de se féliciter du fait que notre ville ait été montrée en référence compte tenu du travail effectué et de son programme d’activités. Tout ceci a un coût, bien évidemment, en ce qui nous concerne, la réforme va coûter 150 000€, avec pour seule aide 50€ par élève versés par la CAF, une participation des familles à hauteur de 50€ par an et le reste sur le budget municipal. A ce jour 650 enfants sont inscrits pour Participer aux activités proposées.

Outre le fait qu’il me semble que l’Etat se désengage d’un secteur qualifié de régalien (l’Education nationale) et que par la même il privilégie certaines écoles au détriment d’autres situées dans des villes moins « riches », Il appartient à chacun d’entre nous de constater avec quelle désinvolture nous gouvernants gèrent notre pays : transfert tous azimuts  de compétences intellectuelles, financières et politiques. Proposition de lois aussi subites qu’opportunistes, non préparées. Diminution drastique de ses subventions et accroissement de la responsabilité des élus locaux.

 

J’avoue, pour conclure avoir une pensée pour nos Préfets, hommes de terrain, en liaison directe avec nos élus locaux qui doivent avoir bien des soucis pour représenter un état défaillant et faire appliquer des consignes bien incongrues.    PhB

09/10/2014

1/07/2014

L'ART LA FÊTE ET LA CULTURE PASSENT L'ETE A SOLLIES-PONT

 

Dans ces temps difficiles, dans cette dure période d’investissements structurants rendus nécessaires par l’inertie des années antérieures il convenait de s’inquiéter de la part de la Culture dans la politique municipale.

Que nenni, les médisants de tous acabits, les élites « cultureux » qui ne vont jamais aux manifestations organisées alors qu’ils les réclament se voient renvoyés au fond de leurs obscures et superfétatoires palabres. Qu’en ces mots choisis les choses soient dites à ceux à qui ils s’adressent …..

Investissements structurants en matière culturelle, il en est question avec la réhabilitation dans les formes et sur le fond du château et de son environnement dont le fonctionnement dédié à la culture sera financièrement consolidé par la présence de la partie administrative sur les lieux consacrée à la Mairie. La salle des associations, la salle quiétude, l’espaces sainte Christine, désormais prêts à accueillir dignement de nouvelles manifestations tout comme le cinéma RIO (rares sont les villes à maintenir un cinéma sur site).Demain la salle des fêtes à son tour réhabilitée, la nouvelle bibliothèque-médiathèque. Demain aussi la création annoncée de l’office de la Culture pour mieux gérer, coordonner et animer la qualité de vie de notre cité. Voilà de quoi susciter des vocations pour prendre en main notre culture locale.

Cet été en est l’illustration avec au programme de juin à fin août :

Une opérette, un gala de danse, des expositions de peinture, du cinéma d’intérieur et de plein air, des concerts, les festivités de la sainte Christine, le festival du château, Musique à la cour, le festival de comédies et celui du théâtre, la fête de la figue et soirées diverses avec la complicité des commerçants.

Autant de manifestations générées par la ville ou gérées par quelques-uns de nos concitoyens eux même.

Tout comme notre centre-ville réhabilité amplifie le plaisir qu’ont les visiteurs de la fête de la figue on imagine ce que seront toutes ces manifestations lorsque le château les accueillera une fois fini.

Fallait-il le démontrer, certes non, il suffit de le vivre, la Culture à Solliès-Pont n’est pas un vain mot, c’est un renouveau de notre art de vie promis à de très beaux jours.

PhB

CA C'EST FAIT !

…… Je veux parler bien  sûre des élections européennes avec le cortège des commentaires de nos politiques plus horrifiés les uns que les autres par le vote front national et par le premier parti de France : Les abstentionnistes.

Les voici moralisateurs, aigris, affolés de tant de légèreté… Le peuple français serait-il devenu fou, le voila, tel un apprenti sorcier, jouant avec le feu.

Franchement c’est un peu mal venu pour nos politiques nationaux d’être horrifiés et de s’en prendre à la conséquence plutôt qu’à la cause. Autrement dit, il serait temps qu’ils fassent leur « mea culpa »

Au plus haut de la hiérarchie, Le Président de la république s‘est fait  élire sur un improbable programme fait de rêves, d’utopies, et de mensonges. Il savait pourtant que la crise ne lui permettrait pas de le tenir. Nous en payons les conséquences face à son inefficacité et son incompétence.  Absent de la scène internationale, il n’est pas plus présent en matière de politique intérieure. Notre économie en souffre, la confiance n’y est plus.

Dans une pareille situation, d’autres auraient démissionné …. Mais ça c’était avant !

Voir une opposition de droite dite « traditionnelle » qui ne propose rien, préférant se déchirer à cause du carriérisme de ses leaders et en oublier de frapper au bon endroit, çà c’est énervant ... Aussi !

Subir les affaires qui éclatent de tous bords (droite et gauches confondues) et savoir que d’autres encore nous exploseront en plein visage est pour le moins écœurant. Tout y passe, fraude fiscale, mœurs, financements occultes, cumul des mandats, train de vie du fonctionnement politique de notre pays et j’en passe….

Consolez-vous, hommes et femmes politiques, les citoyens ne mènent leur combat que dans les urnes et non pas dans la rue.

Un mai 68 aujourd’hui aurait d’irréparables conséquences car ils n’ont plus rien à perdre et ils le savent bien. Ne vous étonnez pas si le monde ouvrier et les jeunes  votent contre la politique «traditionnelle». Les uns n’ont même plus la possibilité de s’exprimer dans la rue, ils sont muselés par la peur du chômage lorsqu'ils n'y sont pas déjà, alors que les autres ne croient plus en leur propre avenir.

Rassurez-vous élus de tous bords parce que ce vote n'est pas encore dangereux mais il le deviendra un peu plus à chaque scrutin si vous ne redressez pas la barre.

Comment s’étonner d’un vote sanction pour le parlement européen alors que les électeurs sont convaincus de la soumission des politiciens aux technocrates et de leur incapacité à exercer ce pouvoir politique dont ils ont mandat.

Le pouvoir n’est pas une affaire de carrière et la politique ne se régle pas entre amis, ils se doivent d’être exercés au service du citoyen, voilà une notion qui  est peut-être à remettre au goût du jour tant vis à vis des politiciens que de l’administration.

Vérité, décisions, pragmatisme, courage, travail, éthique, intérêt général, action, autant de mots "perdus" qu’il il a lieu de remettre au cœur de la vie politique pour que les citoyens redonnent un sens au seul mot qu’ils voudraient appliquer à leurs dirigeants: le mot confiance.

 

 

PhB.

1/06/2014

 

VIVE LE MACHIN LIBRE !

Ainsi aurait pu s’exprimer,  le Général de Gaulle rappelant, à propos de l’Europe, le qualificatif qu’on lui connaît mais aussi s’exprimant sur le fait qu’il faille la libérer d’un « carteron » de technocrates qui la dirigent à minima et lui confèrent une piètre image, bien différente de ce que les peuples européens sont en droit d’attendre du berceau de la civilisation moderne.

Ce 25 mai nous sommes appelés à voter pour renouveler le parlement européen

Instance dirigeante d’une Europe dans laquelle nous ne nous reconnaissons pas. Et pourtant C’est vers l’Europe qu’il nous faut nous tourner. Nos pays ne représentent plus rien sans elle au moment d’une inévitable et dramatique mondialisation.

Seul l’euro, mais à quel prix, avec tout ce que cela nous coûte, semble avoir tiré son épingle du jeu, mais jusqu’à quand résistera-t-il ? Une monnaie n’a de force que dans la confiance qu’on lui accorde. Cette confiance l’Europe la tire de l’histoire de nos pays, de leurs économies, de leurs cultures de notre savoir-faire et de notre savoir être.

Que restera-t-il de cette Europe qu’ « ils » nous imposent  lorsqu’émergeront la Chine, l’Inde et autres pays.

Et pourtant l’Europe est un formidable gage de paix entre nos pays, un lien qu’il nous faut protéger, amplifier. L’Europe, berceau de nos civilisations modernes disais-je est un formidable creuset de Culture, de Savoir, de Sciences.

Nos politiciens nous construisent une Europe sans forme, sans unité, sans vie commune. Une Europe dont on ne connaît plus vraiment les frontières et de combien de pays elle est constituée, un peu n’importe comment sans travail en amont, sans cohérence en interne sans humanité.

Où sont les femmes et hommes d’état capables par leur intelligence, leur charisme, leur travail, leur sens de l’histoire de redonner à notre vieux continent son tout vrai sens.

Il nous manque cruellement de leaders, ce qui rend le parlement européen fade et incipide, anti chambre de technocrates qui eux seuls nous gouvernent.

C’est à la Politique de reprendre le dessus, mais avec qui.

 

Nous voici, dans notre bonne ville de Solliès-Pont, européenne cela va sans dire, devant 23 panneaux électoraux, vides à 8 jours des élections pour élire 13 parlementaires européens issus de partis, mouvements, idéologies parfois connus mais souvent méconnus. Des médias qui rechignent à organiser des débats, une campagne morne à l’image de candidats se présentant par défaut dirait-on. Une petite ville tranquille qui s’est enflammée pour les municipales et qui aujourd’hui boude comme les autres les européennes…. Il faut dire que tout a été fait tant sur le fond que sur la forme pour que ce scrutin ici et ailleurs soit un ratage complet…

A propos bonne fête Maman ce 25 mai ce sera ta fête et nous serons en famille, c’est promis…..

 

Oui, ce 25 mai il nous faut à tout prix voter.

Voter pour que l’abstention ne soit pas finalement une sorte de carte blanche aux futurs élus libres de faire n’importe quoi au prétexte que la population s’en désintéresse.

Voter pour que le seul parti actif de cette campagne, le Front national, contre l’Europe, ne devienne le premier parti d’Europe !

Voter massivement pour montrer que la construction de l’Europe passe par les citoyens européens eux même.

 

Voter pour qui ? Me voilà bien en peine de vous répondre.

Alors, si votre choix ne s’est porté sur aucun candidat,

votez blanc* mais votez.

Montrez votre intérêt à L’Europe malgré ses politiciens.

Répondez présents à ce scrutin et montrez votre force.

 

PhB

17/05/2014

 

*La nouvelle loi sur le comptage des bulletins blancs

prend effet à ce scrutin