HUMEUR

Recherche gauche désespérément

 Municipales Solliès-Pont 2014


Scène 1 : JPB et JPC SONT DANS UN BATEAU…

La campagne a bien mal débuté, au point que pendant longtemps on s’est demandé si la gauche locale fournirait une liste. JPB annonçant son exclusion d’un pseudo montage de circonstance et JPL l’idée qu’il ne souhaitait  pas se représenter …..

Scène 2 : JPB, LE RETOUR …..

Secrétaire général du parti socialiste local, JPB remonte au créneau et convoque …

 Les troupes ainsi réunies annoncent leur intention de reconstituer une liste avec à sa tête « JPL » ainsi que la remise en route du local de campagne de 2008.

Difficile pour une tête de liste de mener un combat après 6 années d’opposition municipale dont le rôle principal aura été de reconnaître les avancées, les transformations et finalement le bilan de la mandature. En cela il aura fait preuve d’une honnêteté toute « citoyenne » et on comprend pourquoi JPL a hésité.

Difficile de se représenter quand on sait que les deux projets principaux à venir pour la prochaine mandature sont déjà acquis et que le Maire sortant va s’inscrire dans une continuité rendue crédible par son bilan.

Alors quel espace pour une gauche affaiblie au national, attaquée dans ses propres lignes par une politique sociale et de l’habitat sur le plan local. Son leader sait que les voix vont lui manquer …. A cœur vaillant rien d’impossible, on distribue une pré-promesse version gauche avec des couleurs et des mots. Toujours ces mêmes couleurs et ces mêmes mots sur la forme et le fond pour lesquels la gauche se bat mais  ne sait pas se donner les moyens.

En bref la catalogue type et sans originalité de ce qu’est le rôle d’un 1er magistrat.

Scène 3 : JPL LE RETARD

C’est l’appel à citoyens de venir constituer des ateliers en vue de construire un programme, Nous étions à 4 mois des élections, à ce stade croyez en ma totale incompréhension …..

N’est-ce pas le rôle essentiel d’une opposition de travailler à un programme alternatif dès sa mise en place ? Ces fameux ateliers, ces groupes de travail, cette réflexion, c’est « il y a 6 ans » qu’ils auraient dû débuter. Comment peut-on annoncer aux citoyens Solliès-pontois  que l’on veut engager leur avenir sur une réflexion aussi courte alors que l’on avait autant de temps.

Comment intituler un projet « ensemble construisons notre avenir » en omettant de citer le nom de notre ville sans qu’il s’agisse d’un lapsus révélateur d’une motivation qui pourrait se situer pas forcément là où elle devrait être ?

Scène 4 : LE COMPROMIS.

C’est le geste de trop, l’alliance contre nature, quelque part un renoncement, JPL présente son comité de soutien dans lequel il accueille avec force mots (toujours des mots) Elisabeth Chastaignier et Georges Rimbaud…. Virage à droite toute pour un homme venu du plus profond de la gauche.

Alliance de circonstance avec un homme et une femme (probablement parité oblige …) à qui l’on ne dira pas « comment allez-vous ? » mais plutôt « combien allez-vous » puisqu’ils sont comptés en voix, rapport  à 2008 lorsqu’ils pesaient plus que les 5 voix de la défaite !

On ne joue pas avec les statistiques surtout lorsqu’il s’agit de compter des électeurs et de leur choix intime qui n’appartient à personne. A-t-on pensé lors de cette annonce combien de citoyens de gauche, fiers de leurs idées et respectables en cela, auront été troublés pour ne pas dire choqués et puis surtout pèseront-ils toujours autant en 2014 ? Ne s’agit-il pas de la compromission de trop et pour rien ?

Scène 5 : EPILOGUE

Nous voici rendus aux limites de la politique déclinée avec une minuscule, cette politique que je n’aime pas parce qu’elle détruit les hommes. Parce que les batailles électorales se livrent avec des enjeux qui ne sont pas ceux auxquels on peut s’attendre. J’aurais aimé ne pas avoir à écrire ces quelques lignes qui s’en prennent à des idées et des hommes qui ont bien évidemment leur légitimité en notre cité. Je ne voudrais surtout pas m’ériger en donneur de leçons mais la déception et l’incompréhension se parent souvent de mots pour se protéger d’idées qui les agressent. J’aurai l’occasion dans l’acte 4 de  cet état des lieux de parler du fond en matière de politique locale et de la forme également avec cette idée que le citoyen ne peut se réapproprier et vivre  sa ville que si on lui en donne les moyens. C’est ce qui est fait dans l’action et l’efficacité. Imaginons un instant que la politique politicienne ne soit de mise, imaginons un instant que les querelles de personnes n’entrent pas en ligne de compte que les intérêts particuliers s’effacent au profit de l’intérêt général dans cette campagne il n’y aurait plus qu’à juger et discuter d’un bilan et de la suite à donner …. Avouez que les élections à Solliès-Pont auraient une toute autre allure.

ETAT DES LIEUX (acte 2) TRES A DROITE LE NATIONAL FAIT FRONT ……….

ETAT DES LIEUX (acte 3) NULLE PART AILLEURS CA N’A JAMAIS ETE ………

ETAT DES LIEUX (acte 4) ICI ON A TOUT FAIT POUR QUE CA CONTINUE …