HUMEUR

Coup de château à l'architecte !

Au terme de cet article droit de réponse de M Eudes Le Borgne et la conclusion de votre rédacteur

 

Ce vendredi 13 aura été particulièrement fructueux avec l’intervention de l’architecte qui a fait une présentation exceptionnelle des travaux de rénovation du château tant sur le fond que sur la forme.

On aura appris les techniques innovantes utilisées, approuvées par les instances nationales dédiées aux réhabilitations de monuments historiques, l’âme du projet basée sur son histoire et notre futur ;

On aura découvert la passion des « compagnons » qui travaillent à ce chantier avec une grande fierté. On y aura vu l’intérêt des Sollièspontois présents en nombre dans cette salle des fête décorée version Noel avec sous le sapin le plus beau des cadeaux…. Le fleuron de notre patrimoine enfin traité à sa juste valeur.

On y aura vu aussi la grande complicité entre l’homme de l’Art qui exécute le projet et celui qui en revendique la réalisation à juste titre et en assume toute la difficulté.

Oser est le juste mot qu’il convient d’appliquer aux deux protagonistes de ce fabuleux chantier dont le montage technique et architectural de l’un aura  trouvé le montage et l’intelligence financière de l’autre.

 

Les applaudissements, la passion de l’auditoire auront marqué cette soirée avec pour seul trouble- fête la politique.

A commencer par l’absence de certains candidats aux municipales …… Soit parce qu’ils approuvent, soit parce qu’ils s’y opposent ou encore qu’ils s’en désintéressent.

Et surtout par l’intervention d’un spectateur au moment des questions réponses qui a demandé à l’architecte si la nature du projet tel qu’il a été présenté avait changé depuis son missionnement.

Sous-entendu est ce que ce projet dont la première tranche de travaux a débuté depuis quelques mois avait changé pour des  raisons électoralistes…….

C’est le Maire qui a répondu oui, il en revendique la volonté, oui il a missionné l’architecte dans les termes que celui-ci exécute avec brio, c’est-à-dire 50% du projet dédié à la Culture et 50% au service de l’administration de notre cité.

Cette question, mal venue, aurait pu être naïve et posée par un citoyen lambda à qui l’on aurait pu répondre que de tels travaux ne débutent pas sans des mois et des mois de préparation après des années de conception.

Seulement voilà, le garçon s’en est allé, traversant la foule pour faire un clin d’œil appuyé à quelques- uns de ses collègues, ceux-là même, pas très discrets et décidemment incorrigibles, qui venaient de se donner les consignes d’un certain René, à priori leur leader.

 

Mais revenons à la vraie vie, Cette réalisation qui verra se mêler 3 époques architecturales le XVIIeme le XIXeme et le XXIeme siècle dans une harmonie de couleurs et le parc environnant. Notre « château », non classé monument historique de par quelques approximations au fil des ans qui va retrouver une légitimité, une unité et une fierté à la hauteur de l’amour que lui portent nos concitoyens

Notre château qui va vivre au rythme des manifestations culturelles qui s’y dérouleront, au rythme des festivités et de notre quotidien.

Et oui l’histoire locale nous a montré que les 3 Solliès étaient 4 à n’en point douter le 1er d’entre eux sera  désormais celui du pont.

Monsieur Eudes Le Borgne répond :

Monsieur,
Vous faites de la politique ce qui est à votre honneur. Vous défendez des idées qui vous semblent juste. Ceci est respectable. Cependant, votre engagement ne doit pas vous faire perdre de vue qu'en démocratie (ce qui est toujours le cas en France) différentes opinions peuvent se confronter. J'écris confronter et non affronter. Cela suppose que des personnes peuvent avoir des points de vues différents des vôtres. 
Ainsi dans votre billet vous me traitez de "garçon"... Le "garçon" est un citoyen français, inscrit sur les listes de la commune de Solliès-pont,  qui lors d'une séance de questions réponses d'une réunion publique demande poliment des explications.Vous aurez remarqué que je suis resté courtois avec mes interlocuteurs (la réciproque n'étant pas vraie).
Donc, appartenant à aucune liste électorale, je vous prie de corriger votre article nommé "coup de château",  soit en écrivant mon nom Eudes Le Borgne (c'est ainsi que je me suis présenté lors de la réunion), soit de retirer votre article. Dans le cas où vous choisiriez d'écrire mon nom; de rapporter précisément mes propos, de mentionner que je suis sur aucune liste, que j'ai posé des questions relatives au sujet de la réunion (bien vouloir retranscrire exactement ce que j'ai dit et non interpréter mes propos) et, évidemment, me donner un droit de réponse sur votre site. 
De plus, sachez que lors de chaque réunion publique je questionnerai sur les sujets  qui demandent, à mon sens, des explications (questions qui, selon votre billet, sont inadéquates). Et je vous encourage à faire de même pour que les projets politiques soient à la hauteur de nos attentes de citoyen.
 
Démocratiquement votre
Eudes Le Borgne

Monsieur Eudes Le Borgne précise :

---

le garçon n'a pas posé la question que vous retranscrivez mais

celle-ci et en ces termes "qu'elle mission vous a été demandé pour la rénovation du château?".

Cette question architecturale a été posé à l'architecte mais le maire a voulu répondre et a empêché Mr

l'architecte de répondre.

Cette question est alors devenue politique

non de mon fait mais de celui du maire. De plus lorsque que Mr l'architecte a enfin pu répondre (malgré les interdictions du maîtred'ouvrage) la réponse a été limpide et n'a pas amené d'autres

commentaires.

Si je suis sorti de la salle c'est que j'ai estimé que la séance

d'autosatisfaction du maire n'apportait rien au débat et était hors

sujet! Ce n'était plus une information mais une réunion politique.

---

Le "sollies-pontois" répond :

Je prends acte de votre réponse et reconnais bien volontiers que le terme « garçon », écrit dans la foulée soit quelque peu cavalier ; Si je vous en ai offensé, je m’en excuse.

A ce propos, puisque vous me dîtes que vous ne faîtes partie d’aucune liste, je vous renvoie sur un site : www.renegrisolle.fr, exemplaire en la matière pour que vous puissiez comparer et constater les mots employés à longueur de texte. De même que vous pourrez y comparer en quels termes le compte rendu de cette même réunion (qui vous traite de quidam) a été rédigé par rapport au mien.

Vous comprendrez alors que « garçon » est bien innocent, d’autant que compte tenu de l’âge du rédacteur et dans sa bouche, la mienne en l’occurrence, il y a aussi une référence qui se veut non péjorative et plutôt sympathique à l’âge que vous paraîssait.

Concernant votre droit de réponse, vous voudrez bien noter que les deux textes que vous m’avez fait parvenir sont repris dans leur intégralité.

De même que vous noterez qu’à aucun moment je ne vous ai assimilé à une liste, parlant de vos collègues, leurs commentaires et votre clin d’œil, je n’ai que relaté des faits que j’ai moi-même ainsi que d’autres constatés.

Voilà pour la forme. Sur le fond je reste persuadé que votre question relative au missionnement de l’architecte devait bel et bien concerner le donneur d’ordre et non l’exécutant. Vous politisez de vous même le débat en évitant M. le Maire pour interroger M. l’architecte.

C’est donc le premier qui vous a répondu, dans l’ordre logique des choses et le second donnant les précisions utiles le cas échéant et la confirmation ce qui fut fait.

Cette soirée, Monsieur, n’avait d’autre ambition que de présenter à la population l’avancée des travaux et la philosophie de ce chantier comme l’a si bien exprimé l’architecte qui en a la charge. En ce sens elle a été réussie, j’en veux pour preuve les réactions de l’auditoire et les commentaires qui s’en suivirent.

Convenez que votre question bien incongrue et dont la réponse allait de soit n’y avait pas sa place mais la politique a ses raisons que la raison ignore.

 

Philippe Bellon


Le "solliès-pontois précise :

C'est avec plaisir que le "Sollies-Pontois" a noté la présence de madame Gwenaëlle LEBORGNE sur la liste de Monsieur René GRISOLLE..... Ceci expliquant cela ou pas.