C'EST A DIRE

LE CHATEAU DE SOLLIES-PONT AUX SOLLIES-PONTOIS

 

Enfin les travaux ! …. Les échafaudages encerclant notre château, tel un masque de fer, sont le symbole de sa renaissance et de la volonté de lui redonner vie pour le seul usage de nos concitoyens.

La conception même du projet nous montre sa pertinence et l’idée que l’équipe municipale actuelle inscrit ses décisions et ses projets dans un vaste schéma destiné à redonner à notre ville sa vraie place et aux Solliès-pontois une qualité  de vie.

 

Qu’en est-il de ce projet ?

 

Son urgence tout d’abord :

 

-Originalité et fragilité d’une façade en briques dont l’empilement n’est pas solidaire des murs et se voit retenu par des « clés ». Au fil du temps l’érosion de certaines de ces briques met en danger l’ensemble. L’urgence commande de reprendre cette façade au plus vite, en retirer les éléments instables et la recomposer en la rendant solidaire des murs.

-Dangerosité des poutres et dalles qui constituent l’édifice attaquées par l’usure du temps qu’il convient de reprendre, voire remplacer pour la sauvegarde d’un patrimoine en péril.

 

Oui, l’achat du château « Forbin » en son temps a été une bonne chose, ne pas l’entretenir et le réhabiliter serait criminel et engendrerait une lourde perte pour notre commune tant affective que financière. 

En budgétant 1/3 de la dépense sur cette mandature et en commençant les travaux dés à présent, la Municipalité a fait preuve de bon sens mais aussi d’un courage que n’ont pas eu les précédentes. Par ailleurs s’attaquer aux extérieurs tout en laissant notre monument telle une coquille vide serait du même registre que de refaire des rue sans remplacer toutes les servitudes du sous sol.

La politique est ainsi faite qu’elle se soucie bien souvent plus du paraître que de l’être, telle n’est pas le cas actuellement à Solliès-Pont, faisons en sorte que cela ne change pas.

 

Sa philosophie en suite :

-Au rez-de-chaussée, dédié à la culture : La création de deux vastes salles équipées, destinées à des expositions, des conférences et autres manifestations auxquelles seront associés la cour intérieure du château et le parc. Sans oublier l’accueil Mairie du public dans une aile annexe.

-Aux étages les services du Maire et son cabinet, l’administration municipale, La salle du Conseil, la  reprographie et la salle d’apparat pour les mariages notamment.

-Le 2eme étage recevra les services des finances et des ressources humaines.

 

En intégrant la nouvelle Mairie au cœur du château, cela va permettre de détruire l’ancienne, devenue obsolète pour une ville de plus de 11 000 habitants et d’éviter ainsi des travaux de réhabilitation couteux sur un site désormais inapproprié. Mais il s’agit aussi de libérer une emprise au sol qui, assortie de deux autres parcelles, constituera un site idéal pour un projet immobilier.

Ce transfert, participera à la fois financièrement aux frais de travaux du château par la vente de la parcelle au promoteur mais aussi à la politique de l’habitat au cœur de ville déjà mise en route avec le succès que l’on sait.

Il s’agit aussi de rationaliser et de rendre plus efficace le pôle municipal qui se verra se regrouper sur un même site l’ensemble de ses services : Le cabinet du Maire, l’administration, la police municipale déjà en place, les services sociaux dans les dépendances du château. Tout ceci permettant notamment de mieux accueillir nos concitoyens sur un même lieu.

 

Pour joindre l’utile à l’agréable et néanmoins indispensable, c’est toute la partie culturelle du projet qu’il convient d’apprécier à sa juste valeur. Les vastes espaces conçus et mis à disposition de nos concitoyens vont permettre de développer sur notre ville un véritable outil au service d’une politique culturelle digne de ce nom.

Signe tangible de cette ambition affichée la création d’un office municipal de la culture d’ici à quelques jours qui va déjà travailler entre autre à l’utilisation future de ce nouvel outil.

Notons que l’acquisition de l’ancien tri postal à proximité immédiate du château offrira à nos concitoyens une magnifique et rationnelle médiathèque géographiquement intégrée à ce que l’on pourrait appeler le centre nouveau, auquel il faut ajouter la poste, les banques et notaires, jouxtant ce lieu de vie que constitue le centre ancien.     

 

On voit bien la cohérence de la réflexion menée pour notre château qui tient compte également de l’impact futur de ses frais de fonctionnement. En effet ne faire de l’édifice qu’un centre culturel, aussi séduisant que cela puisse paraître, serait irresponsable en matière de coût de fonctionnement pour une ville dont les priorités structurelles continueront à s’imposer.

 

PhB